Suivez le lapin blanc

Les étapes de la création d’entreprise

Les étapes de la création d’entreprise

 Comment créer une startup et comment bien le faire ?

La start-up

 

1. Qu’est-ce qu’une startup ?(potentiel de croissance élevé et rapide ), ou littéralement “entreprise qui décolle  ”, se définit comme étant une jeune entreprise innovante  (JEI) notamment dans le secteur des nouvelles technologies. La start-up est à la recherche d’un développement fulgurant via l’apport d’innovations et de collectes de fonds importantes. Dans l’ère de la Tech, il est intéressant d’apporter une définition à ce genre d’entreprise.`

Industrialisable/Reproductible : Cela signifie qu’une startup cherche un modèle qui, une fois qu’il fonctionne,  peut être réalisé à plus grande échelle, dans d’autres lieux, ou être fait par d’autres. L’exemple le plus parlant est celui d’Airbnb ou d’Uber, qui se déploient ville par ville à partir d’une recette qui fonctionne (même s’il faut bien entendu parfois l’adapter aux contextes locaux).

Scalable (croissance exponentielle) :  La scalabilité est Le fait d’avoir un modèle, où plus le nombre de clients augmente, plus les marges sont grandes. Les premiers clients coûtent plus cher que les suivants, et ainsi de suite. C’est cette scalabilité, et le fait que le modèle soit reproductible, qui permet aux startups de grandir si vite et si loin, en peu de temps, comparativement à une entreprise plus classique.

Comment qualifier une entreprise de start-up, selon l’article 44 sexies-0 A du Code général des impôts en france .

« Une entreprise est qualifiée de jeunes entreprises innovantes réalisant des projets de recherche et de développement lorsque, à la clôture de l’exercice, elle remplit simultanément les conditions suivantes :

1° elle est une petite ou moyenne entreprise, c’est-à-dire employant moins de 250 personnes, et qui a soit réalisé un chiffre d’affaires inférieur à 50 millions d’euros au cours de l’exercice, ramené ou porté le cas échéant à douze mois, soit un total du bilan inférieur à 43 millions d’euros. L’effectif de l’entreprise est apprécié par référence au nombre moyen de salariés employés au cours de cet exercice ;

2° elle est créée depuis moins de onze ans ;

3° a. elle a réalisé des dépenses de recherche, définies aux a à g du II de l’article 244 quater B et au 1 du A du II de l’article 244 quater B bis, représentant au moins 15 % des charges, à l’exception des pertes de change et des charges nettes sur cessions de valeurs mobilières de placement, fiscalement déductibles au titre de cet exercice. Pour le calcul de ce ratio, il n’est pas tenu compte des charges engagées auprès d’autres jeunes entreprises innovantes réalisant des projets de recherche et de développement ;

b. Ou elle est dirigée ou détenue directement à hauteur de 10 % au moins, seuls ou conjointement, par des étudiants, des personnes titulaires depuis moins de cinq ans d’un diplôme conférant le grade de master ou d’un doctorat, ou des personnes affectées à des activités d’enseignement ou de recherche, et elle a pour activité principale la valorisation de travaux de recherche auxquels ces dirigeants ou ces associés ont participé, au cours de leur scolarité ou dans l’exercice de leurs fonctions, au sein d’un établissement d’enseignement supérieur habilité à délivrer un diplôme conférant au moins le grade de master. Les conditions dans lesquelles est organisée cette valorisation sont fixées dans une convention conclue entre l’entreprise et l’établissement d’enseignement supérieur, dont le contenu et les modalités sont précisés par décret en Conseil d’Etat. Ce décret définit notamment la nature des travaux de recherche qui font l’objet de la convention, les prestations dont peut bénéficier l’entreprise et les modalités de la rémunération de l’établissement d’enseignement supérieur ;

4° son capital est détenu de manière continue à 50 % au moins :

a. par des personnes physiques ;

b. ou par une société répondant aux mêmes conditions dont le capital est détenu pour 50 % au moins par des personnes physiques ;

c. ou par des sociétés de capital-risque, des fonds communs de placement à risques, des fonds professionnels spécialisés relevant de l’article L. 214-37 du code monétaire et financier dans sa rédaction antérieure à l’ordonnance n° 2013-676 du 25 juillet 2013 modifiant le cadre juridique de la gestion d’actifs, des fonds professionnels de capital investissement, des sociétés de libre partenariat, des sociétés de développement régional, des sociétés financières d’innovation ou des sociétés unipersonnelles d’investissement à risque à la condition qu’il n’existe pas de lien de dépendance au sens du 12 de l’article 39 entre la société en cause et ces dernières sociétés ou ces fonds ;

d. ou par des fondations ou associations reconnues d’utilité publique à caractère scientifique, ou par une société qualifiée elle-même de jeune entreprise innovante réalisant des projets de recherche et développement ;

e. ou par des établissements publics de recherche et d’enseignement ou leurs filiales 

5° elle n’est pas créée dans le cadre d’une concentration, d’une restructuration, d’une extension d’activités préexistantes ou d’une reprise de telles activités au sens du III de l’article 44 sexies. »

—————————————————————————————————————————————

Trouve un service / une idée et faire une étude de marché

 

 

Décelez une idée géniale. Cette idée doit répondre à la demande et être adaptée au marché visé.

  • Lister ses compétences
  • Définir une idée utile
  • Formuler surtout l’idée
  • formuler toutes les questions qu’un client potentiel pourrait se poser face à cette idée

Une fois que l’idée est claire et réfléchie, vous devez faire une étude de marché. Cette dernière  consiste à utiliser un ensemble de techniques marketing (sondages, statistiques…). L’étude de marché vise à mesurer, analyser et comprendre les besoins et attentes d’une population définie sur un territoire donné.

Réfléchir à l’idée, la particularité de votre start-up.

Comment avoir une idée de création, vous la trouverez dans votre vie perso, que ce soit par passion, ou une profession qui vous permet, par votre expérience, de développer votre start-up, ou par un problème vécu . Elle peut également être d’origine externe et consister l’amélioration d’un produit existant ou en la simple importation d’une activité étrangère.

Envisager de s’associer , Trouve ton cofondateur

S’il ne s’agit pas d’une obligation, s’associer avant de se lancer peut paraître un choix juridicieux. Avoir un associé vous permet de peaufiner des détails et d’éviter de passer à côté d’éléments fondamentaux.

Un associé est un soutien intellectuel mais aussi financier. Il vous faut vous lier à une personne de confiance. Cela peut toutefois être à double tranchant et créer des conflits. De plus, s’associer ou non déterminera la forme juridique de votre société (EURL ou SASU si vous êtes seul vs SARL ou SAS à plusieurs associés).

Faire connaitre l’idée/le produit et dénicher des collaborateurs


Vous devez faire connaître le produit/l’idée au grand public. Pour commencer, il est possible de recourir à des supports de communication gratuits utilisés par de nombreux internautes. Les groupes et les pages issus des réseaux sociaux sont d’excellents outils de communication.
En plus d’augmenter la visibilité du produit, les supports de communication offrent également la possibilité de prospecter des clients potentiels et de tester l’intérêt de la communauté pour le type de produit.

Il est assez rare qu’une entreprise qui souhaite évoluer le plus rapidement possible soit composée d’une seule personne (solo entrepreneur). En effet, cette forme d’entreprise requiert des compétences dans différents domaines (commercial, linguistique, logistique, technique, etc.) et donc des collaborateurs avec différentes capacités.
Bien que les associés d’une start-up aient une vision et des objectifs communs, il est indispensable que chacun dispose d’un rôle qui lui est propre.

Effectuer un business plan

La réalisation du business plan est  importante est encore plus accentuée pour les start-up si vous etes VC dependant  afin de compléter le financement du projet.

En outre, la start-up doit établir un plan d’affaires, un plan financier prévisionnel et une présentation virtuelle du projet. Cette étape permet de valoriser le projet et d’anticiper sa rentabilité.

Pour effectuer un premier pas dans le secteur d’activité, il est possible de recourir à la “Love Money”, somme récoltée auprès de la famille et des amis. La “love money” est une alternative intéressante.

Choisir un statut juridique

Bien qu’il s’agisse d’une entreprise qui débute, vous devez choisir un statut juridique adapté à une éventuelle évolution. L’enregistrement de l’entreprise au registre du commerce et des sociétés est obligatoire. La procédure de création de la start-up dépendra de la forme juridique choisie.

Lancer l’idée / le produit


Une fois le statut juridique défini, et les démarches pour sa création lancées, il faut tester concrètement le produit sur le marché. Dans le cadre de ce lancement on effectue une pré-commercialisation. Il s’agit de concevoir un prototype et de découvrir les avis sur le concept/ le produit.

Cette étape permet également de connaître les premiers résultats sur le produit avant de continuer et de visualiser les éventuelles rectifications à effectuer.

Lorsque la phase de recherche est achevée, l’entreprise peut :

  • Disparaître, puisque le projet n’a pas atteint sa finalité
  • Intégrer un groupe ou devenir une importante société

Donc :

1. Faites vos recherches : avant de lancer une startup, assurez-vous d’avoir une idée claire de ce que vous faites. Voulez-vous être une entreprise de médias numériques ?  Un éditeur de logiciels ? Une société de logiciels ? 

2. Organisez-vous : avant de créer une startup, Que désirez-vous faire avec votre startup ? Quels sont vos objectifs ? Quelles sont vos cibles ? Cela vous aidera à créer une feuille de route pour votre startup et à vous assurer que vous êtes sur la bonne voie.

3. Prenez le temps de trouver la bonne équipe : une fois que vous avez un plan, vous devez le mettre en œuvre. Vous devez dénicher une équipe qui connaît bien votre produit ou service et qui sera en mesure de vous aider à atteindre vos objectifs. 

4. Protégez votre propriété intellectuelle.

Lorsqu’on lance une startup, il peut être difficile de savoir par où commencer. Par ailleurs, vous pensez peut-être à créer une société, mais il y a beaucoup d’autres choses que vous pouvez faire pour protéger votre propriété intellectuelle. Commencez par vous renseigner sur les lois relatives à la propriété intellectuelle en vigueur dans votre pays. Cela vous aidera à comprendre comment votre entreprise peut être protégée. Ensuite, vous devez rechercher les différents types de propriété intellectuelle qui sont importants pour votre entreprise. Vous envisagez potentiellement d’enregistrer votre marque, vos droits d’auteur et vos brevets. Enfin, vous devez créer un plan d’affaires et vous assurer que les données financières sont exactes. Cela vous aidera à comprendre comment votre entreprise sera financée et comment elle peut être protégée.

Comment faire réussir une startup

Les startups sont un excellent moyen de créer de nouvelles entreprises. Cependant, il y a certaines choses que vous devez faire pour que votre startup réussisse. Tout d’abord, vous devez avoir une excellente idée pour votre entreprise. C’est important car cela vous aidera à attirer les investisseurs et à créer un bon nom pour votre entreprise. Vous devez également être capable de mettre votre idée concrètement. Vous devez vous assurer que votre entreprise est efficace et que vos clients sont satisfaits. Enfin, vous devez vous assurer que votre startup est évolutive. Cela signifie que vous pouvez facilement développer votre entreprise et atteindre de nouveaux sommets. Si vous faites potentiellement ces choses, votre startup sera un succès.

Related Posts
Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *

Liberté d'entreprendre We would like to show you notifications for the latest news and updates.
Dismiss
Allow Notifications